logo
Carte des producteurs

Phytothérapie : Echinacée / Echinacea purpurea

Phytothérapie Echinacée Echinacea purpureaEchinacea purpurea est communément appelée rudbeckia (ou rudbeckie) pourpre ou encore échinacée pourpre. Au delà des nombreuses propriétés médicinales que l'on lui attribue souvent, cette plante offre une intéressante floraison de longue durée.

Partie utilisée : la racine


Action générale : En 1994, dans une analyse critique de 26 essais cliniques (dont la plupart rapportaient que les préparations à base d'échinacées étaient supérieures au placebo dans l'indication testée), Melchart et al. ont montré que les données cliniques étaient toutefois insuffisantes pour émettre des recommandations thérapeutiques sur le type de préparation à utiliser aussi bien que les doses à mettre en œuvre.

Bauer (1999) a montré que quatre classes de composés ont une activité immunostimulante: l'acide cichorique, les alkamides, les glycoprotéines et les polysaccharides. L'acide cichorique se dégrade rapidement durant la préparation de la teinture ou du jus exprimé, sous l'effet de l'action d'enzymes. Il existe toujours des controverses pour savoir si l'effet immunomodulateur des échinacées doit être attribué aux alkylamides, aux dérivés de l'acide caféique, aux glycoprotéines ou aux polysaccharides. De plus aucun essais cliniques n'ont été entrepris avec des composés purs.

Une nouvelle piste étudiée est l'activité des alkylamides sur les récepteurs cannabinoïdes CB2. Les récepteurs CB2R sont présents sur les lymphocytes T et B, les lymphocytes NK, les mastocytes, les macrophages, et les neutrophiles. Ils jouent rôle significatif dans la dynamique immune comme la résolution de l'inflammation, le cancer, l'arthérosclérose, l'ostéoporose et les douleurs chroniques.

Une étude démontre que la plante a des propriétés d'antidépresseur chez les rats, stimulant l'action de la DOPA. En 2015, une étude conclut qu'il n'y a aucune association entre les produits issus de l'Echinacea et une diminution de la durée des rhumes.

Actuellement, la plupart des préparations commerciales sont dérivées des parties aériennes de E. purpurea ou des rhizomes de E. purpurea, E. angustifolia et E. pallida.

En France, les échinacées sont « non officinales ». En Allemagne, la Commission E précise (1992) que la racine de E. pallida est utilisée comme traitement de soutien des infections de type grippal.


Utilisation en phytothérapie