logo
Carte des producteurs

Homéopathie : Cyclamen

Homéopathie CyclamenLe cyclamen est une plante vivace tuberculeuse de la famille des Primulacées, selon la classification classique, ou des Myrsinacées, selon la classification phylogénétique. Les cyclamens contiennent de la cyclamine, une saponine triterpénique, dont la plus haute concentration est présente dans le tubercule. L’ingestion de cyclamine provoque une irritation caractérisée par d’intenses nausées et vomissements. L’injection de cyclamine sous la peau entraîne des effets systémiques semblables à ceux causés par le curare des indiens, à savoir une paralysie musculaire.

Utilisation(s) en homéopathie

Syndrome prémenstruel

9 CH 5 granules 2 fois par jour dès l'apparition des symptômes et systématiquement à partir du 16ème jour du cycle

Migraines ophtalmiques, céphalées accompagnées de vertiges, de dyspepsie et d'intolérance aux aliments gras


Modalités

Aggravation

Par les aliments gras, le repos (surtout en position assise)

Amelioration

Par le mouvement

Action générale

Connu depuis l'antiquité et considéré dans la pharmacopée médiévale telle une panacée, le cyclamen est recommandé en phytothérapie par H. Leclerc dans le traitement des bourdonnements d'oreilles à raison de X à XV gouttes de l'alcoolature, données en deux à trois prises.
La première pathogénésie effectuée par Hahnemann et ses collaborateurs figure dans la Matière Médicale Pure. Curieusement, eu égard à son usage actuel, elle ne comporte aucun signe concernant l'appareil génital féminin. Elle met en évidence une action préférentielle sur :

- Le système nerveux cérébro-spinal et les organes des sens, surtout les yeux. L'action à doses pondérables sur les bourdonnements d'oreilles est peut-être en relation avec un trouble labyrinthique ou du nerf vestibulaire. L'importance des vertiges est à souligner.
- L'appareil digestif, avec
. intolérance des aliments gras,
. satiété rapide avec plénitude, nausées, parfois vomissements,
. coliques flatulentes nocturnes,
. diarrhée par les graisses.
- La muqueuse nasale : coryza violent et subit.
- La peau : tendance au prurit en diverses parties du corps.

Après Samuel Hahnemann la pathogénésie s'est enrichie de signes provenant d'intoxications,
d'expérimentations à doses pondérables, et d'observations cliniques chez la femme, en relation
avec le cycle menstruel :
- troubles menstruels dans le sens hyper ou hypo ;
- dysménorrhée, leucorrhée ;
- fréquence d'un syndrome pré-menstruel caractérisé par la concomitance de céphalées ophtalmiques et de vertiges tournoyants.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998