logo
Carte des producteurs

Homéopathie : Drosera rotundifolia

Homéopathie Drosera rotundifoliaLa drosera à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) est une plante carnivore de la famille des Droseraceae. C’est également une plante médicinale : les feuilles fraîches ont des propriétés antitussives.

Utilisation(s) en homéopathie

Synovite aiguë transitoire de la hanche

15 CH 1 dose unique

Lorsque la douleur est aggravée par la palpation

Toux

15 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque la toux est à caractère suffocant

Toux quinteuses

15 CH 5 granules au coucher

Toux quinteuse, courte, rapide, précipitée, revenant par accès, empêchant le malade de respirer, avec sensation de chatouillement laryngé comme par une plume aggravation le nuit, en parlant, buvant, riant amélioration par la chaleur du lit en se tenant le ventre pour empêcher les côtes de bouger


Modalités

Aggravation

La nuit, en étant couché, par la chaleur du lit, en riant parlant ou chantant (déclenchement de la toux)

Amelioration

Par le mouvement (articulations), par la pression des mains (douleurs thoraciques de la toux)

Action générale

La première pathogénésie, établie par Hahnemann figure dans son traité de "Matière médicale pure".
L'expérimentation pathogénétique et l'expérience clinique ont mis en évidence une triple action de Drosera sur :
- l'appareil respiratoire :
. au niveau du larynx : irritation catarrhale de la muqueuse avec sensation de chatouillement ou de corps étranger entraînant un réflexe tussigène ;
. au niveau trachéal : l'irritation se traduit par une toux suffocante, spasmodique, volontiers nocturne avec reprise inspiratoire ;
. au niveau des grosses bronches : expectoration de mucosités filandreuses, jaunâtres, parfois sanguinolentes.
- l'appareil lymphatique : adénopathies cervicales, mésentériques, et surtout trachéo-bronchiques, responsables de toux quinteuse par compression ;
- l'appareil ostéo-articulaire :
. douleurs osseuses (particulièrement des os longs et des vertèbres),
. douleurs articulaires (épaules, hanches) de type contusif et/ou élançant, aggravées par la palpation.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998