logo
Carte des producteurs

Homéopathie : Ethyl sulfur dichloratum

Homéopathie Ethyl sulfur dichloratumLe gaz moutarde est un composé chimique cytotoxique et vésicant qui a la capacité de former de grandes vésicules sur la peau exposée. Il a été particulièrement utilisé comme arme chimique visant à infliger de graves brûlures chimiques des yeux, de la peau et des muqueuses, y compris à travers les vêtements et à travers le caoutchouc naturel des bottes et masques, durant la Première Guerre mondiale. Sous sa forme pure et à température ambiante, c'est un liquide visqueux incolore et sans odeur qui provoque, après un certain temps (de quelques minutes à quelques heures), des cloques sur la peau. Il attaque également les yeux et les poumons.

Utilisation(s) en homéopathie


Action générale

La pathogénésie a été effectuée en 1932 par les Dr Barishac et Lefèvre, à partir de la toxicologie.

Pendant la dernière guerre mondiale, plusieurs expérimentations, en double aveugle contre placebo, montrèrent l'efficacité de l'ypérite en 30 CH administrée préventivement dans le traitement des brûlures par ypérite.

L'intoxication massive par les gaz de combat lors de la première guerre mondiale a permis de déterminer une action de l'ypérite :
- principalement sur l'appareil respiratoire, puis
- sur l'appareil digestif,
- sur la peau et secondairement
- sur les reins où il provoque une protéinurie.

SYMPTOMES RESPIRATOIRES :


Ethyl sulfur dichloratum reproduit un tableau de détresse respiratoire aiguë ou d'oedème aigu du poumon :
- toux quinteuse, émétisante avec brûlure rétrosternale s'irradiant aux côtes ;
- expectoration muqueuse abondante ;
- expectoration de lambeaux ou de mucus trachéo-bronchiques ;
- dyspnée avec cyanose des lèvres, du nez, des oreilles, battements des ailes du nez ;
- sérosités nasales abondantes ayant l'odeur de moutarde.

SYMPTOMES DIGESTIFS :


- salivation intense ;
- spasmes de l'oesophage, pyrosis ;
- irritation des muqueuses digestives avec brûlures gastriques après les repas.

SYMPTOMES CUTANES :


- Production d'érythèmes, de phlyctènes et d'ulcérations secondaires.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998