logo

Lilium tigrinum

Lilium tigrinumLilium lancifolium est une espèce de lys originaire d'Asie de l'Est (Chine, Corée, Japon). La teinture mère, préparée à partir de la plante entière fleurie, contient des saponosides stéroïdiques (lilagénine, yuccagénine).
Consulter la fiche du type sensible homéopathique.

Utilisation(s) en homéopathie

Dysménorrhée

5 CH 5 granules aussi souvent que nécessaire

Lorsque les douleurs irradient vers les cuisses ou vers le sacrum et qu'il existe une sensation d'évanouissement imminent si l'on reste en position debout


Modalités

Aggravation

Dans une pièce chaude, par la station debout immobile et la nuit

Amelioration

Au grand air ou par la marche à l'air frais

Action générale

La première pathogénésie expérimentale a été établie par un médecin américain William E. Payne en 1867-1870, en général avec des doses pondérables de teinture-mère. La plupart des symptômes significatifs ont été obtenus sur des femmes. Il existe quelques observations d'intoxication par cette plante.

Elle se manifeste principalement :
- sur les organes génito-urinaires féminins et
- sur le système nerveux.

SYMPTOMES GENITO-URINAIRES :


- Sensation de pesanteur dans le bas-ventre, comme si les organes du petit bassin tendaient à s'échapper par la vulve (Sepia).
- Douleurs ovariennes, surtout gauches, avec douleurs dans le sein gauche ou palpitations.
- Pression dans la vessie, constant désir d'uriner, brûlure et ténesme. Irritation et brûlure dans l'urètre après chaque évacuation.
- Pression dans le rectum et l'anus, avec envie constante d'aller à la selle.

SYMPTOMES NEUROPSYCHIQUES :


- Action dépressive sur le système nerveux : tendance à la dépression réactionnelle avec inquiétude, peur de la maladie, larmes inconsolables.
- Troubles fonctionnels au niveau du coeur : palpitations empêchant le sommeil, douleurs aiguës et rapides dans la région précordiale.

La connotation "hystérique" et l'excitation sexuelle signalées par la plupart des auteurs n'existent pas dans la pathogénésie originelle. Elle a été surajoutée par l'observation clinique. Les indications posées par les médecins de la fin du siècle dernier étaient très influencées par les descriptions sur
la "grande hystérie" de Charcot, reprises ensuite par Babinski sous le nom de "pithiatisme" pour décrire des manifestations hystériformes à caractère spectaculaire. Les symptômes hystériques sont donc très sujets à caution, leurs descriptions étant facilement induites par le médecin lui-même.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998
Homéopathie Conseils est un site de conseils et d’information sur l'homéopathie, la phytothérapie et l'aromathérapie. En aucun cas nous ne remplaçons la visite d'un médecin qui est le seul à même de poser le bon diagnostic. L'utilisation des médecines douces et l'automédication en règle générale doit être faite avec discernement. Si vos symptômes persitent veuillez consulter votre médecin ou votre pharmacien.