logo

Magnesia muriatica

Magnesia muriaticaLe chlorure de magnésium peut être extrait de la saumure ou de l'eau de mer, on en tire alors le magnésium (sous forme de métal) par électrolyse. On le trouve entre autre dans plusieurs eaux minérales purgatives.

Utilisation(s) en homéopathie

Constipation

9 CH 5 granules 4 fois par jour

Lorsque les selles sont dures, formées d'un amas de billes, et difficiles à expulser

Dysménorrhée

9 CH 5 granules 4 fois par jour

Lorsque la dysménorrhée est accompagnée de douleurs lombaires, les cycles menstruels sont courts et les règles abondantes sont : noires comme de la poix

Rhinite allergique

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque la rhinite s'accompagne d'une perte de goût, de l'odorat ainsi que de migraines améliorées par la pression des mains sur les tempes

Rhinite infectieuse avec écoulement nasal aqueux

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque la rhinite s'accompagne d'une perte de goût, de l'odorat ainsi que de migraines améliorées par la pression des mains sur les tempes

Rhinite infectieuse avec écoulement nasal purulent

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque la rhinite s'accompagne d'une perte de goût, de l'odorat ainsi que de migraines améliorées par la pression des mains sur les tempes


Modalités

Aggravation

Par le sel et les aliments salés, l'air marin, le lait, au cours de la dentition, la nuit et en décubitus latéral droit

Amelioration

Par la pression forte (céphalées, algies), par le mouvement et au grand air malgré la frilosité

Action générale

Hahnemann, qui en fit la première pathogénésie parue dans "Doctrine et traitement homéopathique des maladies chroniques", le considérait comme un important médicament antipsorique.
Son action pharmacodynamique relève principalement, comme pour les autres sels magnésiens, des propriétés de l'ion magnésium mais l'ion chlore contribue à lui donner son originalité.
Sur le plan toxicologique, le chlorure de magnésium exerce, à doses moyennes ou fortes, une action marquée sur l'appareil digestif, essentiellement cholérétique et, partant, purgative.
L'expérimentation pathogénétique et l'observation clinique confirment l'électivité d'action du médicament sur
- le foie, les voies biliaires, l'intestin et secondairement sur
- l'appareil génito-urinaire,
- le système nerveux central.

SYMPTOMES DIGESTIFS :


- Nausées avec pyrosis, langue chargée d'un enduit jaune, épais, qui garde l'empreinte des dents.
- Douleurs crampoïdes abdominales, flatulence et borborygmes.
- Augmentation de volume du foie avec douleur de l'hypochondre droit aggravée par le décubitus latéral droit.
- Constipation avec selles dures, petites, émiettées, identiques à des crottes de mouton et difficiles à expulser.

SYMPTOMES URO-GENITAUX :


- Miction en goutte à goutte avec ténesme urinaire nécessitant des efforts importants de contraction des muscles abdominaux, voire l'aide de la pression des mains.
- Dysménorrhée spasmodique avec règles en avance, abondantes, noires comme de la poix. Les intenses douleurs crampoïdes siègent dans le dos et sont améliorées par une forte pression sur les reins (coussin dur sur le dossier d'une chaise).

SYMPTOMES NEUROLOGIQUES :


Outre les phénomènes spasmodiques précédents, ils se résument à des algies diverses et à un malaise général.
- Céphalées à prédominance temporale, améliorées par la pression des mains sur les tempes (Argentum nitricum) ou par la chaleur (Psorinum, Silicea) et irradiant parfois dans l'oeil droit.
- Odontalgies avec sensation d'incisives supérieures trop longues et hypersensibles au contact.
- Lombalgies, particulièrement menstruelles accompagnant la dysménorrhée.
- Sensation de malaise général le soir au lit en fermant les yeux.
- Somnolence diurne et difficultés d'endormissement le soir et/ou sensation de sommeil non reposant.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998
Homéopathie Conseils est un site de conseils et d’information sur l'homéopathie, la phytothérapie et l'aromathérapie. En aucun cas nous ne remplaçons la visite d'un médecin qui est le seul à même de poser le bon diagnostic. L'utilisation des médecines douces et l'automédication en règle générale doit être faite avec discernement. Si vos symptômes persitent veuillez consulter votre médecin ou votre pharmacien.