logo
Carte des producteurs

Homéopathie : Natrum carbonicum

Homéopathie Natrum carbonicumCarbonate de sodium mono-hydraté, se présente sous la forme de poudre blanche cristalline ou de cristaux incolores, de saveur alcaline, très solubles dans l'eau.
Consulter la fiche du type sensible homéopathique.

Utilisation(s) en homéopathie

Asthme

15 CH 5 granules le soir avant de dormir

Lorsque la crise réveil le patient vers 5h du matin

Céphalées par surmenage intellectuel

15 ou 30 CH 5 granules par jour

Lorsque les céphalées sont accompagnées de vertiges et d'obnubilation, elles sont aggravées par la lumière

Céphalées vasomotrices

15 ou 30 CH 5 granules par jour

Lorsque les céphalées interviennent à la suite d'une exposition au soleil

Coryza humide, avec écoulement nasal épais

7 ou 9 CH 5 granules 2 fois par jour

Lorsque les coryzas sont chroniques, avec renâclement des mucosités accumulées dans la gorge et expectoration d'un mucus rappelant la pulpe d'orange

Diarrhée

7 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque la diarrhée est consécutive à une ingestion de lait

Diarrhée du nourrisson

7 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque le nourrisson présente un intolérance au lait, est prédisposé aux aphtes et sursaute au moindre bruit

Dyspepsie avec flatulences

7 CH 5 granules avant chaque repas

Lorsque l dyspepsie est également accompagnée d'atonie

Entorse

15 CH 5 granules 5 jours sur 7

Sur de très longues périodes, lorsque le sujet souffre d'entorse à répétition dues à une fragilité des chevilles


Modalités

Aggravation

Par le soleil et le temps chaud (céphalées), par l'effort mental, par le courant d'air froid (coryza) et par le lait en cas de diarrhée

Amelioration

Par le mouvement en cas de douleurs rhumatismales

Action générale

Natrum carbonicum est un médicament dont la valeur est sous-estimée par la plupart des auteurs.
Son action est prédominante
- sur l'appareil digestif et
- sur toutes les muqueuses ; mais elle s'exerce aussi
- sur la peau,
- sur l'appareil locomoteur,
- sur le système nerveux et, par voie de conséquence de toutes ces actions,
- sur le comportement général.

SYMPTOMES DIGESTIFS :


- Goût amer, acide, métallique dans la bouche, avec langue chargée.
- Aphtes (Borax).
- Immédiatement après le repas, pesanteur d'estomac, avec ballonnement, crampes, nausées, éructations, parfois hoquet.
- Alternance de constipation et de diarrhée :
. constipation avec selles dures, foncées, émiettées, parfois envies inefficaces ;
. diarrhée en jet, acide, avec selles ayant l'aspect de pulpe d'orange, provoquée ou aggravée par le lait.
- Ces troubles s'accompagnent souvent d'une humeur exécrable qui s'améliore suivant la progression de la digestion.

SYMPTOMES MUQUEUX :


- Constant renâclement de mucosités accumulées dans la gorge.
- Coryza fluent provoqué par le moindre courant d'air avec mucus fluide, de couleur jaune orange ou mucus plus épais vert jaunâtre, avec des masses dures et fétides.
- Toux et respiration asthmatiforme vers 5 heures du matin.
- Leucorrhée abondante, épaisse, jaunâtre.
- Pollakiurie, prostatorrhée.

SYMPTOMES CUTANES :


- Beaucoup de prurit en diverses régions du corps.
- Eruptions vésiculeuses, particulièrement autour de la bouche ou aux doigts. Dartres circinées (Sepia).
- Verrues du dos des mains.
- Oedème des extrémités avec signe de la bague aux doigts ; plante des pieds gonflés et sensibles.
- Transpiration au moindre travail.

APPAREIL LOCOMOTEUR :


- Propension à faire des faux-pas, à se luxer les chevilles.
- Raideur et tension à la nuque.
- Douleurs rhumatismales dans les épaules, les bras, les lombes, le sacrum, avec amélioration par le mouvement (Rhus toxicodendron).

SYMPTOMES NEUROLOGIQUES :


- L'effort intellectuel provoque du mal de tête, des vertiges, de l'obnubilation. Ceci s'aggrave par les radiations solaires, par la lumière artificielle.
- Asthénie, dépression, abattement avec hyperesthésie sensorielle, surtout auditive. La sensation paraît trop violente parce que le malade est trop faible pour la supporter : un simple bruit fait sursauter ; c'est sans doute ce qui faisait écrire aux anciens auteurs que le malade était rendu mélancolique ou irritable par la musique en général et le piano en particulier.
- Anxiété, peur (peur des orages).

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998