logo

Phytolacca decandra

Phytolacca decandraLes usages médicinaux de la Phytolacca decandra, hérités des indiens d'Amérique du Nord, sont variés. En effet la racine en usage interne (sous forme de teinture) serait prescrite, à faible dose, pour soigner diverses infections des voies respiratoires, les angines, l'arthrite et les rhumatismes. En usage externe, sous forme d'onguent ou de cataplasme, la phytolaque pourrait soigner certains problèmes dermatologiques tels les mycoses, l'acné, ou encore la gale. Enfin on lui prête des propriétés anti-inflammatoires, antivirales ainsi que mitogènes. Cependant son usage reste délicat, la phytolaque pouvant être toxique à forte dose. Son utilisation est à proscrire chez les enfants et la femme enceinte.

Utilisation(s) en homéopathie

Angine

9 CH 5 granules toutes les heures

Lorsque la douleur dans la gorge est accompagnée d'adénopathie douloureuse ; la déglutition augmente, la douleur irradie vers les oreilles

Gerçures des mamelons dues à l'allaitement

9 CH 5 granules matin et soir

Lorsque les douleurs irradient à tout le corps

Maux de gorge

9 CH 5 granules 3 à 4 fois par jour

Douleur vive avec irradiation aux oreilles et au cou à la déglutition courbatures générales

Mononucléose infectieuse

9 CH 5 granules 4 fois par jour

Lorsque l'adénopathie est accompagnée d'une dégradation de l'état général

Otite

9 CH 5 granules toutes les 30 min

Lorsque la douleur, ressentie au niveau de l'oreille, est aggravée lors de mouvements de déglutition

Pharyngite

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsqu'il existe une douleur irradiante vers les oreilles lors de la déglutition

Poussée dentaire

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque l'enfant mordille tout ce qui est à sa portée

Syndrome prémenstruel

9 CH 5 granules 2 fois par jour dès l'apparition des symptômes et systématiquement à partir du 16ème jour du cycle

Mastodynies chez une femme présentant des fibro-adénomes douloureux


Modalités

Aggravation

Par le temps froid et humide et le mouvement (malgré le désir de bouger)

Amelioration

Par le temps sec et le repos

Action générale

L'expérimentation pathogénétique et l'observation thérapeutique ont confirmé les données pharmacologiques et toxicologiques et permis de préciser comme pôles d'action de Phytolacca :
- la muqueuse pharyngée,
- les glandes mammaires,
- les tissus osseux, fibreux et musculaires, avec tendance à indurer les tissus cicatriciels (Graphites),
- certains syndromes infectieux.

SYMPTOMES PHARYNGES :


- Inflammation de la muqueuse avec pharynx douloureux, rouge sombre, notamment sur les piliers.
- Rougeur et augmentation du volume des amygdales, avec oedème de la luette qui apparaît comme transparente (Apis, Kalium bichromicum).
- Parfois points blancs confluant en fausses membranes blanchâtres qui donnent une impression de corps étranger avec constant besoin d'avaler.
- Ganglions cervicaux enflammés et hypertrophiés
- Ces signes locaux s'accompagnent de douleurs vives, à type de brûlure, qui, à la déglutition irradient de la base de la langue vers les oreilles et le cou Cette douleur est exacerbée par la déglutition des liquides chauds (Lachesis).

SYMPTOMES MAMMAIRES :


Ils peuvent revêtir trois aspects principaux :
- Congestion et tension mammaire douloureuse avant et pendant les règles. Cette symptômatologie fait partie d'un syndrome prémenstruel caractérisé également par des règles trop fréquentes, trop abondantes et douloureuses.
- Seins remplis de nodosités dures, ligneuses et douloureuses.
- Fissurations du mamelon avec douleurs lors de la tétée, qui irradient à tout le corps. Après le sevrage il peut exister une galactorrhée ou un suintement mammaire persistant.

SYMPTOMES LOCOMOTEURS :


- Douleurs rhumatismales et osseuses fulgurantes, à début et fin brusques, très erratiques, ressemblant à des décharges électriques.
- Les douleurs, aggravées la nuit et par temps humide, obligent le malade à se mouvoir mais sans soulagement.
- Ces douleurs peuvent siéger indifféremment :
. à la tête, au cou, avec torticolis,
. aux épaules,
. aux talons (elles sont alors améliorées en étant couché, pieds surélevés) ou
. avoir un aspect de lombo-sciatalgie avec douleurs le long de la face externe de la cuisse.

SYNDROME INFECTIEUX :


Phytolacca peut induire un syndrome pseudo-grippal caractérisé par :
- une inflammation du pharynx,
- une sensation de courbature générale et de meurtrissure aggravée par le mouvement.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998
Homéopathie Conseils est un site de conseils et d’information sur l'homéopathie, la phytothérapie et l'aromathérapie. En aucun cas nous ne remplaçons la visite d'un médecin qui est le seul à même de poser le bon diagnostic. L'utilisation des médecines douces et l'automédication en règle générale doit être faite avec discernement. Si vos symptômes persitent veuillez consulter votre médecin ou votre pharmacien.