logo
Carte des producteurs

Homéopathie : Staphysagria

Homéopathie StaphysagriaLa staphisaigre (Delphinium staphisagria) est une plante herbacée annuelle ou bisannuelle de la famille des Renonculacées. Comme beaucoup d'autres dauphinelles, la staphisaigre est très toxique et contient plusieurs alcaloïdes diterpéniques tels que la delphinine et la chasmanine. Ses graines ont des propriétés insecticides et parasiticides. elles servent à préparer des pommades ou des décoctions contre les poux et autres parasites externes.
Consulter la fiche du type sensible homéopathique.

Utilisation(s) en homéopathie

Blépharo-conjonctivite

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque l'inflammation domine au niveau de la paupière

Chalazion

9 CH 5 granules par jour

Lorsque la tuméfaction est en relation avec un inflammation d'une glande située contre le cartilage de la paupière

Cystite

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque les douleurs (survenant souvent après l'acte sexuel) sont soulagées par la miction

Eczéma

15 CH 5 granules 4 fois par jour

Lorsque la poussée d'eczéma fait suite à une contrariété

Grossesse, troubles urinaires

9 CH 5 granules 4 à 5 fois par jour

Brûlure de l'urètre dans l'intervalle des mictions ou sensation d'une goutte d'urine s'échappant après la miction

Herpès

9 CH 5 granules 4 fois par jour

Lorsque la récurrence survient après une contrariété

Herpès génital

9 CH 5 granules 4 fois par jour

Lorsque la récurrence survient à la suite d'une contrariété

Orgelet

9 CH 5 granules 2 à 3 fois par jour

Nodosité n'aboutissant pas à la supuration

Plaie

9 CH 5 granules à la demande

Lorsque la coupure a été faîte par un objet tranchant, pour diminuer la douleur

Soins post-opératoires

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Lorsque le patient se plaint d'une douleur au niveau d'une plaie faîte au scalpel

Stress

9 à 15 CH 1 dose 4 matins de suite

Etat conflictuel essentiellement psychique entraînant l'humiliation, indignation ou chagrin refoulés générant un repli sur soi et un état de susceptibilité

30 CH 5 granules par jour

Etat conflictuel essentiellement psychique entraînant l'humiliation, indignation ou chagrin refoulés générant un repli sur soi et un état de susceptibilité

Suites d'intervention chirurgicale

9 CH 5 granules 2 fois par jour

Pour favoriser la cicatrisation des plaies franches par bistouri

Suites de l'accouchement

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Si césarienne ou épisiectomie

Troubles du comportement

15 CH 5 granules par jour

Lorsqu'une situation mal vécue engendre un sentiment de frustration, d'humiliation, d'indignation ou d'injustice


Modalités

Aggravation

Par le plus léger attouchement de la région malade

Action générale

Hahnemann a effectué en 1819 la pathogénésie de Staphysagria avec dix collaborateurs. Il y a donné une attention particulière, en raison dit-il, de l'extrême toxicité des graines :
"Un médicament triomphe de maladies d'autant plus graves qu'il trouble plus dangereusement l'état normal de l'homme et qu'on n'a qu'à connaître ses propriétés toxiques pour savoir le parti bienfaisant qu'on en pourra tirer dans l'art de rétablir la santé".
Le domaine de Staphysagria est vaste. La toxicité de ses graines affecte l'ensemble de l'organisme, le comportement et le psychisme. Une difficulté de sa prescription provient de cette abondance de symptômes souvent banals avec peu de modalités générales caractéristiques.
Hahnemann ne parle pas de la relation entre ces nombreuses manifestations morbides et une étiologie d'ordre exclusivement psychique. Il n'insiste pas sur les symptômes d'ordre sexuel. Son élève Jahr, en 1834, dans un livre recommandé par Hahnemann dans la sixième édition de l'Organon, indique à la fin de son étude sur les signes essentiels de Staphysagria : "suite fâcheuse de l'onanisme", "mauvaise suite de chagrin, de souci, de chagrin avec indignation" . Il ne dit pas que cette correspondance étiologique soit une condition de l'efficacité du médicament.
Si l'action de Staphysagria correspond fréquemment à des morbidités qualifiées de "psychosomatiques" (parce que ses cibles pathogénétiques préférentielles correspondent à des organes particulièrement sensibles aux influences psychogènes), il est d'autant plus excessif de réduire ses indications à cette étiologie que l'observation clinique a permis de mettre en évidence des indications très somatiques : chalazions, certains condylomes, suites de blessures par instruments tranchants, effets mécaniques de la dilatation par sondage de l'urètre,…
Quelles que soient les correspondances étiologiques, Staphysagria est indiqué par l'association chez un malade de groupements de symptômes pathogénétiques affectant divers niveaux avec toutefois une influence dominante sur les muqueuses génito-urinaires, digestives, la peau et certains symptômes généraux ou comportementaux.

SYMPTOMES URO-GENITAUX :


MASCULINS :
- Envies fréquentes d'uriner avec émission de peu d'urine foncée, avec un jet mince et même par gouttes.
- Ecoulement de quelques gouttes d'urines après la miction.
- Sensation d'une goutte se déplaçant dans l'urètre.
- Brûlure urétrale entre les mictions et cessant pendant la miction.
- Appétit vénérien très augmenté. Erections fréquentes surtout la nuit avec ou sans pollution.
- Evacuation de liquide prostatique pendant la selle.
- Oppression pendant ou après le coït.

FEMININS :
- Pression sur la vessie.
- Hypersensibilité des organes génitaux au contact.
- Odontalgies pendant les règles.

SYMPTOMES CUTANES :


- Beaucoup de prurit changeant de place après le grattage.
- Eruptions prurigineuses dont la description et les localisations évoquent l'herpès, le prurigo, l'eczéma, avec vésicules suivies de lésions croûteuses.

SYMPTOMES GENERAUX :


- Dominance d'une grande lassitude ; tremblements.
- Céphalées, vertiges avec la curieuse modalité d'amélioration en marchant en rond ; faiblesse de la mémoire.
- Troubles du sommeil avec agitation, sursauts, beaucoup de rêves, de cauchemars, rêves voluptueux parfois accompagnés de pollutions ; dans la journée, somnolence, bâillements fréquents.
- Troubles du comportement : irritabilité, susceptibilité, morosité, tristesse, indifférence, apathie.
- Troubles fonctionnels sans substrat organique :
. toux qui cependant peut être productive,
. oppression, sensation de pression dans le côté gauche de la poitrine,
. douleurs rétro-sternales, élancements, palpitations.

SYMPTOMES DIGESTIFS :


- Gencives enflées, douloureuses, saignantes, parfois ulcérées.
- Douleurs dentaires.
- Atteinte des glandes salivaires, sialorrhée ; adénites sous-maxillaires.
- Nausées, vomissements avec le vertige caractéristique amélioré par la marche en tournant en rond.
- Régurgitation, hoquet.
- Sensation de pression, de plénitude sur l'estomac.
- Flatulence abdominale, beaucoup de gaz, borborygmes, coliques, diarrhée ou constipation, parfois dysenterie.

SYMPTOMES OCULAIRES ET O.R.L. :


- Symptômes oculaires subjectifs : baisse de la vision, halo autour des lumières, ….
- Symptômes oculaires objectifs : inflammation des bords des paupières, parfois suppuration.
- Coryza.

SYMPTOMES OSTEO-ARTICULAIRES :


- Nombreux symptômes rhumatismaux : sensation de pression, de raideur, de déchirements, élancements, tiraillements, crampes, dans les muscles ou les articulations.
- Lumbago.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998