logo
Carte des producteurs

Homéopathie : Tarentula hispana

Homéopathie Tarentula hispanaLycosa tarantula est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Lycosidae. En français elle est appelée Lycose de Tarente ou tarentule. Bien que sa morsure ne soit pas dangereuse pour l'homme (mais douloureuse comme la piqûre d'une abeille), cette espèce serait à l'origine de la légendaire tarentule (du nom de la ville italienne de Tarente). C'était une araignée censée provoquer le tarentisme, un état de léthargie qui conduisait à la mort et que l'on combattait en dansant la tarentelle.

Utilisation(s) en homéopathie

Anxiété

30 CH 1 dose 1 fois par semaine

Lorsque les crises d'anxiété sont accompagnées d’oppression thoracique, de dyspnée et précordialgie

Troubles du sommeil de l'adulte

15 CH 5 granules 1 à 2 fois par jour

Lorsque les troubles résultent de cauchemars ou de terreurs nocturnes


Modalités

Aggravation

Par le chagrin, l"énervement, le contact brusque des régions affectées et par le temps humide et froid

Amelioration

Par la musique rythmée, la friction douce des parties atteintes, la marche en plein air s'il ne fait pas froid, le décubitus dans le noir et le silence

Action générale

Si les manifestations pathologiques engendrées par la piqûre de la tarentule ne présentent pas la gravité qu'on avait pu initialement leur attribuer, il n'en reste pas moins que le venin présente une certaine toxicité, variable selon les espèces animales et l'idiosyncrasie individuelle.

TOXICOLOGIE :


Les glandes à venin contiennent environ 30 mg de substance. Le venin est incolore mais, après concentration, il prend une teinte légèrement bleutée. De pH neutre ou légèrement acide, il contient des lipides, des enzymes protéolytiques, des kinines analogues à la bradykinine, des amines vaso-actives (histamine et sérotonine).
In vitro, le venin a une action discrètement anticoagulante, un effet hémolytique : il induit une protéolyse du collagène et une hydrolyse du glycogène et de l'amidon.

TOXICOLOGIE EXPERIMENTALE :


Chez l'animal de laboratoire, on observe le plus souvent un effet purement local : oedème érythème.
Toutefois une réaction générale transitoire peut être observée avec sialorrhée, dyspnée, agitation.
Dans certains cas, un effet cytotoxique peut résulter d'une injection intradermique ou d'un contact prolongé : on remarque alors l'apparition de phlyctènes puis d'une réaction nécrotique localisée.
Chez l'homme, la réaction habituelle est une réponse locale discrète, érythémato-oedémateuse, sous la forme d'une papule prurigineuse, légèrement douloureuse.
Aucun effet systémique, aucune réaction générale n'ont été rapportés : la mauvaise réputation de cette araignée paraît provenir de la confusion des effets supposés de l'envenimation, relevant plutôt d'ailleurs des réactions générales dues au latrodectisme (Latrodectus mactans) avec les manifestations nerveuses hystéroïdes du tarentisme ou tarentulisme, rite de défoulement et d'exorcisme socio-culturel remontant au Moyen Age.

EXPERIMENTATION PATHOGENETIQUE :


Une analyse rationnelle et critique de la pathogénésie de Lycosa tarentula de T.F. Allen a été menée par Jean Merckel à l'Institut Boiron. Sur les 952 symptômes répertoriés, elle ne permet de retenir que 28 symptômes fiables (dont 25 imputables à la source du D Nunez et vérifiés cliniquement).
Cependant l'un des plus sûrs est "hystérie" ce qui ne laisse pas de se montrer prudent dans leur interprétation.

Ce manque de fiabilité pathogénétique ne suffit pas toutefois à dénier toute efficacité au médicament : en effet les critères pathogénétiques retenus, joints à l'observation clinique mettent en évidence une action sur le système nerveux caractérisée par :
- une grande excitation motrice et psychique avec variabilité paradoxale de l'humeur et du comportement : alternance de rires incoercibles et de colères, d'impulsions à frapper et menacer et d'extrême gaieté ;
- des troubles du sommeil avec agitation, cauchemars, insomnie ;
- une hyperesthésie générale spasmogène : agitation continuelle irrépressible, rythmies diverses ;
- hyperexcitabilité sexuelle avec hyperesthésie génitale.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998