logo

Homéopathie : Kreosotum

Homéopathie KreosotumLa créosote est le nom donné à plusieurs sortes d'huiles extraites de goudrons de bois ou de charbon ou d'une plante. Ici c'est la créosote du hêtre qui est utilisé. Sa composition chimique diffère fortement de celle de la créosote de charbon : gaïacol, 4-ethylguaiacol, creosol, crésols, xylénols, o-crésol et autres phénols de type végétal (différents de ceux issus de la pétrochimie). Il a été utilisé comme désinfectant, laxatif et dans un traitement contre la toux, depuis remplacé par des médicaments plus récents.

Action générale

L'action toxique énergique de la créosote est proche de celle de l'acide phénique.
La créosote pure produit sur la peau cuisson et brûlure, et sur les muqueuses, une escarre superficielle.
Par ingestion, et après dilution au moins au millième, elle peut entraîner des sensations de vertige et de froid, avec hypothermie, sueurs profuses et, à terme, une atrophie de la muqueuse gastrique.
Elle a été utilisée comme antibacillaire dans la tuberculose pulmonaire.
La première pathogénésie est due au Dr Wahle. Effectuée sur cinq femmes et deux hommes, elle a mis en évidence quelques manifestations sur la vessie et l'appareil génital féminin : pollakiurie, leucorrhée âcre et irritante, prurit et brûlure de la vulve et du vagin.
L'observation clinique a permis de préciser ces indications gynécologiques. Elle a montré l'intérêt thérapeutique de Kreosotum dans certaines affections digestives et chez les enfants lors de la première dentition.
Il existe une tendance hémorragique pour les lésions constituées : les muqueuses irritées saignent au moindre contact ; les petites blessures saignent beaucoup (Lachesis, Phosphorus).

SYMPTOMES GENITO-URINAIRES :


- Leucorrhée jaune, fétide, irritante et acide, parfois sanguinolente. Elle provoque des douleurs brûlantes entre les lèvres et les cuisses.
- Les pertes rendent le coït douloureux, font saigner les muqueuses au moindre contact, et irritent les muqueuses du partenaire.
- Ulcération du col saignant au moindre contact.
- Besoin pressant d'uriner, sinon l'urine lui échappe.

SYMPTOMES DIGESTIFS :


- Gencives douloureuses, gonflées, rouge sombre, saignant au moindre contact, avec haleine fétide.
- Odontalgies aggravées par les boissons froides et améliorées par la chaleur.
- Dents gâtées, noirâtres, qui s'effritent facilement ou se carient aussitôt après leur apparition (Staphysagria).
- Vomissements, hématémèses.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998

Utilisation(s) en homéopathie

Vulvo-vaginites

9 CH 5 granules 3 fois par jour

Leucorrhées jaune verdâtre et irritantes, à l'odeur fétide douleurs piquantes et brûlantes de la vulve, aggravées en urinant


Modalités

Aggravation

Par le froid

Amelioration

Par la chaleur