logo
Carte des producteurs

Homéopathie : Agaricus muscarius

Homéopathie Agaricus muscariusAmanite tue-mouches ou Fausse oronge est un champignon basidiomycète de la famille de amanitaceae. Toxique et psychotrope, c'est l'un des nombreux représentants du genre amanite, et certainement le plus connu. Son principal constituant psychoactif est le muscimole. Le champignon a donné son nom à la muscarine, poison du système nerveux parasympathique, et à un type de récepteurs cellulaires, les récepteurs muscariniques, mais qu'il possède en très faible quantité.
Consulter la fiche du type sensible homéopathique.

Utilisation(s) en homéopathie

Dermatoses érythémateuses et (ou) oedémateuses

5 CH 5 granules 4 à 5 fois par jour

Erythème prurigineux de la peau en relation avec le froid sensation de piqûres, de brûlures, de démangeaisons et de fourmillements engelures

Engelures

5 CH 5 granules 3 à 4 fois par jour

Rougeur brûlures avec démangeaisons fourmillement sensation d'aiguilles de glace

Syndrome de Raynaud

9 CH 5 granules par jour

Lorsque l'extrémité des membres est d'aspect violacé, refroidit avec sensation de piqûres par de multiples aiguilles ; les symptômes sont aggravés par le froid

Tic

9 CH 5 granules 2 fois par jour

Lorsque les spasmes musculaires sont involontaires, ici systématiquement


Modalités

Aggravation

Par le froid, le gel, l'effort intellectuel et mental

Amelioration

Exercice physique modéré

Action générale

TOXICOLOGIE :


L'intoxication par Agaricus muscarius se traduit essentiellement par :
- des troubles digestifs, dus principalement à de l'irritation gastrique ;
- des troubles d'intoxication atropinique avec
. troubles neurosensoriels : agitation, délire, hallucinations visuelles et auditives, alternance de phases d'excitation et de somnolence ;
. spasmes et myoclonies, mouvements incoordonnés ;
. mydriase, tachycardie, diminution des sécrétions salivaires ;
Malgré la présence de substances à effet parasympathomimétique (muscarine en particulier), c'est le tableau d'intoxication atropinique qui domine, ce qui rapproche l'intoxication par Agaricus de celle due aux Solanacées.

EXPERIMENTATION :


L'expérimentation pathogénétique et les observations cliniques affinent les données de la pharmacologie et confirment que les principaux pôles d'action d'Agaricus sont :
- la sphère neurosensorielle et musculaire où il provoque :
. des spasmes musculaires :
. tics de la face, nystagmus,
. torticolis,
. mouvements choréiques avec contraction des membres,
. spasmes d'origine médullaire, contractures rachidiennes douloureuses aggravées par l'antéflexion,
. spasmes du thorax avec constriction, oppression et toux spasmodique ;
. des symptômes de détérioration neurologique et musculaire :
. agitation euphorique désordonnée et loquace alternant avec une
. attitude dépressive, des troubles comportementaux et caractériels ;
. l'incoordination motrice est la résultante la plus fréquemment observée de cette physiopathologie complexe.
- la peau :
. érythème prurigineux,
. perturbations de la sensibilité cutanée au froid ;
- le tube digestif avec irritation gastro-intestinale.

Source : Homéopathie, thérapeutique & matière médicale, Boiron 1998